Partez à la découverte de Wrocław, le phénix de Pologne

09.12.2018

Embusquée au sud-ouest de la Pologne, Wrocław, celle que lon aime surnommer la Venise polonaise na pas été élue capitale de la culture en 2016 sans raison. Elle recèle de trésors à débusquer : 112 ponts, 12 îles et plus de 350 statues de nains en bronze... Une cité colorée et festive que l'on découvre, grâce à Air France, en deux heures d'avion. 

Quatrième ville de Pologne par sa population, Wrocław se reflète depuis plus de mille ans dans les eaux opalines de l’Oder qui la découpent latéralement d’Ouest en Est. Presque entièrement détruit à la fin de la seconde guerre mondiale après un siège de 80 jours, ce carrefour culturel successivement sous influence polonaise, tchèque et allemande, a retrouvé depuis son architecture chamarrée composée d’églises de briques rouges et de monuments baroques.

Un patrimoine architectural détonant

Édifiée sur douze îles, la belle Wrocław se déplie sur 112 ponts. Plus de 100 raisons de tomber amoureux de cette cité coquette peuplée par une centaine de milliers d’étudiants venus s'exercer à la physique expérimentale à la très européenne Université de Wrocław. Il faut dire que la capitale de la Basse-Silésie détient fièrement cinq prix Nobel de chimie et de physique. Un prestigieux palmarès !

Joyeuse et animée, la ville s'explore depuis son épicentre. Une belle place de marché (le rynek) reconstruite à l’identique et depuis laquelle, on peut admirer un entrelacement de façades gothiques frappées des armoiries des différentes maisons. Installez-vous à la terrasse d’un café, commandez une tasse de chocolat chaud et des pounchkis. C’est encore le meilleur moyen de découvrir la ville et son atmosphère décontractée. En été, le rynek est le lieu de villégiature préféré de la jeunesse wrocłavienne. On y vient en bande, trinquer à la bière et humer la douce odeur de viande grillée. Bon à savoir lorsque vous planifieriez votre voyage, pendant le festival du Film T-Mobile Nowe Horyzonty, la place du marché se transforme en un vaste cinéma en plein air.

Après un crochet à l’université pour admirer la Aula Leopoldina, une sublime salle de réception baroque, vous emboitez le pas vers le Musée de l’architecture, la seule institution entièrement dédiée à cet art en Pologne. Installé dans un ancien monastère, il abrite une superbe collection de vitraux et des expositions temporaires passionnantes.

Halte gastronomique et fresque monumentale

Puis, après avoir dégusté des pierogi au fromage (des raviolis polonais) et une part de szarlotka (gâteau aux pommes) rue Swidnicka, direction le parc Juliusza Słowackiego. C’est là, coincé entre le musée de l’architecture et le Musée national, que s’érige le Panorama de Raclawice. Passage obligatoire pour tout individu découvrant Wrocław pour la première fois. Cette longue fresque circulaire de 1800 m2, installée dans un bunker moderniste en béton, représente une bataille gagnée en 1794 par les Polonais contre les Russes qui occupaient le pays. Une œuvre inoubliable qui vaut, à elle seule, un détour par la Basse-Silésie. Après le rynek, la Aula Leopoldina et le Panorama de Raclawice, vous pensez avoir tout vu ? Détrompez-vous ! Wrocław planque encore au détour de ses rues pavées de nombreux trésors. Au menu : la Halle du Centenaire, une coupole de 23 mètres de haut en béton armé, la Sky Tower (la plus haute tour de Pologne) et la Stare Jatki, l’ancienne rue des bouchers, peuplée par une collection d'animaux de ferme en bronze sculptée par l'artiste Piotr Wieczorek.

La chasse aux lutins est ouverte !

En parlant de sculptures en bronze, vous avez sans doute remarqué que votre itinéraire était jalousement observé par des centaines de lutins... Ces figurines de nains d’abord réalisées par Tomasz Moczek rendent hommage au mouvement anticommuniste Alternative orange. Ouvrez l’œil, les petits nains ont, depuis 2001, littéralement cartographié la ville. En 2015, on en dénombrait plus de 300. Le premier, le « Papa Nain » se tient fièrement débout sur un doigt à l’entrée de la commerçante  Swidnicka.

À inscrire également dans votre carnet de voyage : le quartier d’Ostrów Tumski, le plus vieux de la ville, l’endroit parfait pour s’imprégner de l’ère médiévale de la ville et photographier la cathédrale gothique Saint-Jean-Baptiste sous toutes les coutures.

Pour ceux qui souhaiteraient s’extirper des circuits touristiques, il suffit de traverser l’Oder. Au nord de Wrocław, le quartier de Nadodrze fourmille de squats artistiques, de petits cafés cosy (Macondo, café rozrusznik, Bema Café…) et de boutiques de créateurs (Łokietka 5).  C’est dans ce décor, un mélange de ruines, de bâtisses en béton armé et de façades fraîchement ravalées que Steven Spielberg tourna son long métrage Le Pont des Espions.

Flâner de ce côté du fleuve, vous permettra d'appréhender la ville sous de nouvelles perspectives. Car de ce côté-ci de l’Oder, Wrocław ressemble davantage à Berlin qu’à Venise…

Ça y est, vous êtes sous le charme de Wrocław ? Bonne nouvelle, Air France vient d’inaugurer un vol quotidien entre Paris-CDG et l’aéroport de Wrocław-Copernicus. Partez à la recherche des lutins, photographiez la vie autour du Rynek et dégustez des sernik pour 89 euros aller-retour. Dobra podróż ! 

Offres correspondantes Offres correspondantes & plus

Plus d'offres et de conseils