Bronzons malins !

18.07.2018

Nous l’avions tant attendu, le voici enfin venu. L’été s’offre enfin à nous avec de nouvelles promesses dont celle de chanter tout l’été nous, les cigales bleues blanches et rouges, championnes du monde deux étoiles, qui avons largement mérité de déployer toute notre énergie à faire la sieste. Toute l’équipe Travelzoo tenait à vous accompagner à sa manière, dans vos tribulations estivales. Et comme nous sommes un tantinet joueurs, nous avons décidé de venir vous titiller entre deux thés glacés et de vous proposer d’agiter (un peu) vos neurones en découvrant nos questionnements (quasi philosophiques) spécial été. Pourquoi ? Parce que cet été, nous les champions, nous ne bronzerons pas idiots.

Pour bronzer rien de tel que la Méditerranée…

Faux. Bronzer est une affaire somme toute assez complexe qui résulte d’une défense de notre épiderme à une triple agression : UVA, UVB et rayons infrarouges. Ainsi, pour se protéger, la peau crée de la mélanine avec de ses mélanocytes. Ainsi naît le bronzage. Quelques règles essentielles sont de mises pour à la fois préserver sa santé des dangers d’une exposition trop intensive, mais aussi, se parer d’un teint hâlé : entretenir une progression dans l’exposition, hydrater sa peau, privilégier des aliments riches en caroténoïdes, licopènes et vitamine A. Or, pour obtenir un bronzage durable, il nous faut : de l’iode ! Un iode, que l’on retrouve un peu partout dans la nature, mais essentiellement dans la mer et l’océan. Et en l’occurrence, il est bien plus riche en Bretagne qu’ailleurs. Et en plus, regardez comme c'est joli !

Minute papillon… du coup quel indice de protection ?

A chaque phototype, son indice de protection. Si le phototype est « une catégorisation des types de peaux vis-à-vis de leur sensibilité au rayonnement ultraviolet » (Ndlr : Sciences et Avenir), il prend aussi en compte la couleur de nos yeux et de nos de cheveux. Les peaux mates à noires, peuvent ainsi logiquement mieux supporter le soleil que les peaux claires. Toutefois, sachez que les indices de protection indiqués sur les emballages des crèmes solaires doivent être divisés par 2 pour correspondre à la réalité. Ainsi, un indice 30 n’équivaudrait qu’à un indice 15 ! Les dermatologues sont unanimes : en dessous d’un indice 30, c’est comme si vous n’utilisez aucune protection et que vous ne vous appliquiez que de la crème hydratante. Quel que soit votre phototype, le minimum requis est de 30, particulièrement pendant les premières expositions et entre 12h et 16h.

 Pour mes lunettes de soleil, même conseil ?

Presque ! Il existe 4 indices différents de verres solaires. Car, en plus des considérations esthétiques, ce qui prime évidemment, c’est une fois de plus le principe de protection. En été, les indices 1 et 2 sont assez faibles et n’assurent pas une couverture suffisante. L’indice 4 est certes le plus élevé et donc, le plus protecteur, mais le hic, c’est qu’on ne peut conduire avec. Les opticiens le recommandent d’ailleurs plutôt pour la montagne. Ainsi, ce seraient les verres d’indice 3, qui seraient les plus appropriés.

Avez-vous vu le chapeau de Zozo ?

Les puristes clameront sans doute leur amour pour le chapeau de paille, d’autant qu’il faut lui reconnaître une légèreté sans pareil. Le seul inconvénient serait peut-être de parvenir sans trop de difficultés à ne pas le déformer pendant le transport. Tandis qu’avec les chapeaux en coton ou en lin, moins de risque. De plus ils sont très confortables à porter. Certains modèles possèdent une protection anti UV. Indispensable pour les enfants.

Et sinon, pourquoi les moustiques semblent m’en vouloir personnellement ?

Bonne question. Des études ont révélé que ces redoutables insectes sont attirés par plusieurs facteurs, qui, combinés ensemble, risquent de ne vous laisser que peu de chance de vous en sortir. En effet les moustiques sont attirés par la chaleur de votre peau, mais ils sont aussi (et surtout !) comme téléguidés et capables de détecter le dioxyde de Carbonne que vous dégagez en respirant. Sachant qu’ils sont capables de le repérer à 30 mètres, le combat s’avère d’emblée assez rude. Hormis les répulsifs habituels, testez les huiles essentielles : citronnelle de Java, géranium Rosat, eucalyptus citronné ou Combava. La citronnelle de Java, la lavande Aspic et la menthe poivrée permettront de cicatriser les plaies tout en repoussant d’autres nuisibles. Vous pouvez également tout simplement couper un citron en deux, y planter des clous de girofles, le placer dans un endroit stratégique et attendre tranquillement (ou presque) que ces derniers s’éloignent… bzzz

Mais au fait ! Pourquoi les cigales chantent-elles ?

Le chant produit par nos amies les cigales n’est autre que le battement très rapide de deux petites membranes placées sur leur ventre et qu'un muscle fait vibrer comme des peaux de tambour pendant tout le temps que dure leur repas. S’il leur faut un minimum de 22 à 25°C pour chanter, c’est parce qu’à moindre températures, ce muscle n’est pas opérationnel pour swinguer.  

Stop aux oreilles bouchées !

Vous l’avez sans doute expérimentée, cette sensation si pénible d’oreille bouchée en sortant de l’eau… Le premier sujet est de comprendre pourquoi cela arrive. Avoir l’oreille bouchée résulte du fait que l’eau se coince entre deux morceaux de cérumen, autrement dit la cire présente naturellement dans les oreilles. Il existe aujourd’hui des bouchons en silicone, « spécial natation », qui permettent de prévenir ce phénomène et qui fonctionnent aussi assez bien pour vous protéger du bruit la nuit. Faites donc d’une pierre deux coups !

J’ai soif, mais j’en ai ras la casquette de boire de l’eau…

Et on vous comprend. Alors on va vous révéler nos secrets, ceux qui vont chambouler vos gorgées. Pensez d’abord à l’eau de coco. Elle est la nouvelle coqueluche des boissons estivales et représente une chouette alternative à l’eau plate avec l’avantage d’être peu sucrée et très rafraîchissante. Autre option, la limonade au citron, dont l’acidité stimule la salivation dans notre bouche, ce qui en fait une boisson particulièrement désaltérante. En cas de disette, pensez à insérer tout simplement une rondelle de citron dans votre verre d’eau, pour mettre un peu de pep’s dans votre vie.

C’est décidé je fais une cure de sommeil !

Bonne idée ! Surtout si vous avez la sensation de trainer des pieds au réveil depuis trop longtemps. Idéalement, un adulte devrait dormir entre 7h et 9h. Certes, d'aucuns se contentent de moins. L’une des options pour récupérer de façon optimale est de mixer vos nuits de sommeil avec des siestes. Un petit coup de mou après le déjeuner ? C’est tout à fait normal, il s’agit d’un signal émis par votre horloge biologique qui ne fait que répondre à un besoin physiologique naturel. Ainsi, la sieste idéale ou sieste coup de fouet, devrait être comprise entre 10 et 20 minutes de 13h à 15h. Pour les plus gourmands ou tout simplement celles et ceux qui ont vraiment besoin de récupérer, tablez sur 1h30. Dans tous les cas, votre cycle naturel du sommeil devrait vous guider.

A présent, éteignez votre ordinateur, votre mobile, votre tablette et filez-vous coucher !

 

Offres correspondantes Offres correspondantes & plus

Plus d'offres et de conseils